« Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito » a dit un jour Albert Einstein. Cela supposerait que le vrai hasard n’existe pas et que tout soit le résultat de quelque cause ou mécanisme. Avait-il raison ?

Cela me rappelle cet épisode qui s’est produit il y a quelques années. J’étais assise dans le bus et mon esprit voguait sur un flot de pensées distraites et légèrement désordonnées. Soudainement, mes rêveries m’amenèrent à penser à une personne que je n’avais pas revue depuis plusieurs années et que j’avais quelque peu oubliée. Je descendis du bus quelques instants plus tard et me retrouvai nez à nez avec cette personne. Quelle surprise !

Le hasard existe-t-il ?
Albert Einstein déclara « Dieu ne joue pas aux dés ».
Niels Bohr répondit « Mais qui êtes-vous, Albert Einstein, pour dire à Dieu ce qu’il doit faire ? »

Le hasard : à mi-chemin entre Dieu et la Science

Cette rencontre inopinée m’interpelle. Avais-je d’une certaine manière conscience de ce qui allait se produire quelques instants plus tard lorsque le souvenir de cette personne émergea dans mon esprit ? Ou était-ce simplement une pure coïncidence ? Finalement, quelle était la probabilité de penser à cette personne et quelle était la probabilité de la rencontrer à cet endroit et, de surcroît, quelques instants après y avoir pensé ? C’est un calcul qui peut être fait mais qui repose sur quelques approximations. Ce qui est troublant c’est qu’il semble que ces deux événements (le souvenir de la personne et la rencontre inopinée) soient en quelque sorte liés alors qu’il n’y a apparemment aucun mécanisme apparent qui pourrait l’expliquer.

Certes, cette séquence d’événements était peu probable mais elle était possible. C’était un hasard, fin de l’explication. Mais comme notre cerveau aime trouver des liens de cause à effet et maintenir une certaine cohérence dans le monde qui l’entoure [voir aussi cet article], il a tendance à expliquer ce souvenir soudain comme une anticipation de la rencontre hasardeuse qui allait se produire quelques instants plus tard. Soit. C’est peut-être une construction mentale.

Mais quelque part au fond de moi, je reste intriguée. Si l’on reprend les mots d’Einstein, le hasard serait souvent utilisé pour combler nos lacunes et notre manque de connaissance des lois de la nature tout comme il était coutume d’invoquer quelque divinité pour expliquer les phénomènes naturels avant les progrès de la science. Certaines personnes affirment ainsi que le hasard (ou Dieu) fait uniquement office de roue de secours à la causalité. Lorsque l’on ne sait établir la cause d’un événement, on dira alors que c’est le hasard. Cependant, nous avons également appris grâce à la physique quantique que certains processus de la nature (à l’échelle des particules) étaient probabilistes et donc où le hasard joue un rôle important. Le vrai hasard semble donc exister ou du moins, c’est l’état de nos connaissances à ce jour.

Alors, cet événement était-il un vrai hasard ou un faux hasard, non explicable avec notre compréhension actuelle du monde ?

Les coïncidences et les synchronicités

Carl Gustav Jung, le célèbre psychiatre suisse qui fonda la psychologie analytique, relata une expérience mémorable qu’il fît un jour avec l’une de ses patientes et deviendra ainsi une référence. Il mit en lumière ce qu’il nomma synchronicité.

Lors d’une consultation, sa patiente qui stagnait quelque peu dans sa thérapie raconta qu’elle s’était vu offerte un scarabée lors d’un rêve. A ce même instant, un hanneton (très semblable à un scarabée) se cogna contre la fenêtre, Jung saisit l’insecte et le tendit à sa patiente. Elle fût fortement troublée par cet événement fortuit qui ébranlait son cadre de pensée très rationnel et scientifique et provoqua en elle une réelle émotion, lui permettant de s’ouvrir à une compréhension plus humaine du monde. Jung définit ainsi les synchronicités comme « des coïncidences, qui ne sont pas rares, d’états de fait subjectifs et objectifs qui ne peuvent être expliquées de façon causale, tout au moins à l’aide de nos moyens actuels. ». En d’autres termes, il s’agit de coïncidences qui ont du sens.

Est-ce que ma rencontre à la sortie du bus avait un sens particulier ? Non, pas vraiment, si ce n’est qu’elle s’inscrivait dans une longue liste de coïncidences similaires qui s’étaient produites en l’espace de quelques semaines. Il s’agissait d’une époque où je commençais à beaucoup m’interroger sur l’intuition et les phénomènes médiumniques. J’avais l’impression, sans en être sûre, que l’univers communiquait avec moi et semait quelques indices sur mon chemin de réflexion. S’agissait-il alors juste d’un biais cognitif qui me poussait à sélectionner les informations qui confirment mes idées préconçues (dans le cas de cette rencontre fortuite qu’il ne s’agissait pas d’une simple coïncidence) ou était-ce objectivement des pistes à suivre ?

La nature de l’espace et du temps

Ces heureuses coïncidences ne seraient-elles donc que la manifestation de deux ou plusieurs événements peu probables ? Y a-t-il un sens quelconque à ces phénomènes ou existe-t-il un mécanisme sous-jacent expliquant leur occurrence ?

Certains diront qu’il ne faut pas chercher à trouver un sens et une explication à toute manifestation un tant soit peu inhabituelle. La physique classique de Newton qui nous a habitués pendant des siècles à une vision très mécanique de la nature nous conduit à penser que deux événements même peu probables peuvent bien se produire simultanément sans qu’il n’y ait aucune bizarrerie à cela ni de sens caché. La probabilité que cette coïncidence se produise était infime mais elle était possible.

En revanche, la mécanique quantique peut mettre à mal nos esprits imbibés par le déterminisme classique avec ses intrigants phénomènes et laisse une porte ouverte à une nouvelle interprétation du monde qui nous entoure. Cette physique-là qui perturba beaucoup Einstein en particulier avec sa non-localité spatiale, nous permet de réaliser que notre compréhension intuitive de la nature est parfois fausse. Tout comme notre fameux Albert eut de la peine à imaginer que l’état des deux particules intriquées n’était pas prédéterminé par quelques variables cachées avant leur mesure, il nous est difficile d’imaginer que deux événements puissent être « liés » d’une façon non classique.

Autrement dit, la physique quantique nous dit que deux objets peuvent voir leurs états liés, interdépendants l’un de l’autre, même s’ils sont séparés par une distance infinie. Il s’agit là de non-localité spatiale.

De la même manière, il serait peut-être envisageable que deux événements soient liés, interdépendants l’un de l’autre, même s’ils sont séparés par un temps infini et sans qu’il n’y ait aucune chaîne de causes évidentes. Il s’agirait cette fois de non-localité temporelle. Cependant, ceci n’est aujourd’hui qu’une banale hypothèse qui reste à être testée et démontrée par la science.

Si nous nous hasardons à considérer cette hypothèse comme étant vraie, cela supposerait que le passé, le présent et le futur pourraient avoir des liens entre eux en dehors de la traditionnelle causalité. Se peut-il ainsi, qu’assise dans le bus, mon esprit capta une information du futur ?


« Si je pouvais, j’écrirais une énorme encyclopédie sur les mots chance et coïncidence. C’est avec ces mots- là que s’écrit le Langage Universel. »
L’alchimiste – Paulo Coelho

Une source d’émerveillement

Finalement, de nombreuses questions sur la nature de l’espace et du temps restent ouvertes mais également en ce qui concerne la matière elle-même. Les progrès scientifiques des années à venir et, espérons-le, une unification de la relativité générale et de la physique quantique, nous éclaireront sûrement, petit à petit, sur les phénomènes qui semblent défier les lois qui régissent le monde. Actuellement, l’ironie c’est que les biologistes ne comprennent pas encore grand chose à ce qu’est la Vie mais que les physiciens ne comprennent pas grand chose à la matière non plus.

Alors que la précognition est une éventuelle propriété de la conscience (voir aussi cet article), les synchronicités seraient-elles le résultat des propriétés de l’univers ?  Le plan divin se révélera-t-il un jour à la science au travers du langage de la nature ?

Définitivement, il n’est pas étonnant que de nombreuses découvertes scientifiques soient le fruit d’étranges coïncidences.